Un commentaire sur « 69. »

  1. Ce texte minimaliste est composé de 5 mots (cf. la contrainte oulipienne de François Le Lionnais). C’est aussi un haïku oulipien (cf. Jacques Roubaud) de 7 syllabes composé selon le rythme 2-3-2 (des nombres premiers). Le texte se veut ouvert à l’interprétation plurielle par les différents lecteurs potentiels. Mais rien n’est prémédité : mon écriture répond à une pulsion inconsciente, que je peux analyser… ensuite !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.