233.

L’Association des Ecrivains Belges de langue française vient de publier dans sa revue « Nos Lettres » n°27, le compte-rendu de la soirée des Lettres du 16 mai 2018, au cours de laquelle fut présenté mon dernier recueil. Je laisse la parole à Carino Bucciarelli, administrateur.

« Ce fut une grande rupture de ton quand le deuxième invité, Marcel Peltier, prit la parole pour répondre aux questions de Daniel Charneux. Les éditions du Cygne viennent de publier son ouvrage, très intelligemment titré « Au creux du silence ». Aucun autre titre n’aurait mieux convenu : cet ensemble de haïkus fait la part belle aux blancs, à l’extrême sobriété et à la magie de la concision. Là où d’autres devraient se répandre dans un épais volume, notre poète n’a pas besoin de plus de cinq mots pour déclencher un univers de sens. On peut donc aller si loin avec si peu de moyen ! Il fut intéressant de découvrir que Peltier n’a pas de formation proprement littéraire – il a enseigné les mathématiques une carrière durant – ; et la précision, l’épuration quasi clinique de ses haïkus ne sont pas étrangères au parcours de vie de l’auteur. Il fut difficile, la présentation terminée, de résister à la tentation de se plonger dans l’ouvrage même. Et en effet, deux haïkus par pages, c’est-à-dire guère plus de dix mots, suffisent à vous emporter dans un flot poétique. »